Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Avec Alain, nous avions bien apprécié l’année dernière notre petite virée automnale. Aussi cette année avons nous remis le couvert et Alain a continué à me faire découvrir les beaux sites du sud.

Après épluchage méthodique des bulletins météo, nous mettons le cap sur Vingrau, dans les Pyrénées Orientales, qui offre les meilleures garanties. Et comme l’année dernière la première épreuve est de trouver un camping ouvert. Certains que nous pensions ouverts sont fermés ou uniquement accessibles aux résidents en bungalow!!! Après bien des détours nous échouons à Bompas dans la banlieue perpignanaise. Trop tard pour aller grimper aujourd’hui.

C’est donc parti pour Vingrau, fière falaise de près de 2000m de long pour 120m de haut, dominant les vignobles méticuleusement entretenus et le paisible village éponyme. Nous débutons en douceur au petit secteur «Bona Nit» qui nous offre des voies en 5 d’une vingtaine de mètres qui cotent «deux grappes». Je vous explique : sur le topo les voies sont repérées par de petits pictogrammes en forme de grappes de raisin qui vont de zéro à trois suivant leur intérêt. Nous finissons en fanfare par «Touristomania», trois grappes, avec le commentaire suivant : peut être le plus beau 5c/6a de Vingrau. Et effectivement c’est absolument superbe mais aucun pas n’est donné!!! Et c’est bien heureux de cette belle entrée en matière que nous regagnons le camping.

 

vingrau

Pour cette deuxième journée, Alain a choisi le site de Gouleyrous à Tautavel ( 5km au SO de Vingrau ) haut lieu de la préhistoire. C’est dans un grandiose petit canyon que nous évoluons. Par contre si hier le calcaire était super adhérent, aujourd’hui c’est plutôt patiné. Ce qui ne nous empêche pas de sortir plusieurs voies «trois grappes». Deux filles viennent grimper à coté de nous et consultent notre topo. Nous entamons la discut (surtout qu‘elles sont originaires de Peisey-Nancroix et que cet été nous avons gravi l’Alliet - vidéo à venir - nous avons donc des choses à nous raconter). Elles nous parle d’une interdiction de grimper à Vingrau. Nous leur assurons que nous n’avons vu aucune interdiction.

 

tautavel gouleyrous

Nous retournons donc à Vingrau au secteur «Jardin des Tropiques». Superbes voies d’une trentaine de mètres. Prises et mouvement variés. De la dalle, des colonnettes, du dièdre et même un petit surplomb. Que du bonheur!!! Nos copines de la veille viennent nous tenir compagnie.

Poursuivant notre exploration de la falaise, nous décidons de grimper sur un secteur plus au nord. Nous nous garons donc sur le deuxième parking et en empruntant le chemin d’accès nous tombons - oh stupeur - sur la fameuse interdiction. Le site est interdit à la grimpe depuis plus d’un an!!! Bon, c’est vrai que nous avions trouvé bizarre d’être à peu près seuls sur cette falaise mais on avait mis ça sur le compte d’un phénomène de mode.

Des broches auraient lâchées dans un secteur équipé récemment et le préfet pour se couvrir a interdit l’escalade sur tout le site et les sites environnants qui font partie des «Routes de la Grimpe». + de 400 voies!!!!!

Un gars de la FFME, rencontré à Buis, nous a parlé d’un guide qui aurait porté plainte suite à un grave accident dû à un bloc détaché.

Après recherche sur le net (assez peu de renseignements) il semble que la raison de cette interdiction soit un mixte des deux. Un guide de la région a alerté la FFME sur un mauvais équipement, des goujons, qui selon lui présentaient des défauts de scellement :

http://www.canyoningperpignan66.fr/escalade-interditetautavel.htmlet

http://www.camptocamp.org/forums/viewtopic.php?id=203391

Le site de Tautavel qui ne ferait plus partie des «Routes de la Grimpe» ne serait pas concerné par cette interdiction :

http://routedelagrimpe.jimdo.com/

 

tautavel l'alzine 1

Ne voulant pas risquer d’histoire avec la maréchaussée, nous nous rabattons sur l’Alzine , un autre secteur de Tautavel. Une belle petite falaise perdue au milieu de nulle part et qui offre de magnifiques voies qui du coté de la grotte cotent très cher. Et c’est dans ce cadre idyllique que dans Sacrilège - un petit 6a - je suis de nouveau victime d’une bête crise de «moralite». Un passage en second après qu’Alain soit passé sans problème confirmera le diagnostique. Belle journée au soleil.

 

tautavel l'alzine 2

Le soir, après discussion et consultation de la météo, nous décidons de migrer vers Buis les Baronnies. Bonne pioche car le site est vraiment super et le camping ouvert (bien que le réfection du pont nous oblige à un détour de plusieurs kms sur une petite route... pittoresque). L’après midi nous allons grimpé sur le site de Beaume Rousse où règne une ambiance carnavalesque et cosmopolite. Ça change de Vingrau. Nous trouvons néanmoins de belle voies et en soirée, c’est plus calme.

Vendredi, direction le rocher Saint Julien ou nous commençons par une belle classique «le Gastronome». Alors que j’attaque la troisième longueur, en revenant sur le fil du pilier après un relais dans une petite niche, je manque de me faire arracher par une bourrasque. Ben dis donc ça souffle dur par ici. Heureusement le vent est tiède. Nous finissons la voie et débouchons au sommet encombré de câbles et de cordes fixes. C’est que la commune est entrain d’équiper par ici ce qui sera, parait-il la plus belle feratta de France. Pour éviter ce satanée vent nous ne grimpons plus que des premières longueurs. Ça enchaine gentiment et même un ou deux 6a lorsque je coince dans un 5c+. Alain me redescend et part à son tour. Au prix d’une belle bagarre, il enlève le morceau et me propose de réessayer en second. Mais sur ce coup ci, pas de regrets, c’est un peu trop technique et un peu trop physique pour moi. Et ce n’est surement pas du 5c. J’ai toutes les peines du monde à le rejoindre au relais.

 

buis rocher st julien 1

C’est le dernier jour de vacances. Le vent est tombé et la température est estivale voir même un peu trop chaud (oui je sais, jamais content). Nous recommençons par une voie de 4 longueurs mais dans ce secteur nous ne pouvons déboucher au sommet pour cause de feratta. Le système est simple mais efficace : les deux premiers points au dessus du relais sont obstrués par des boulons. Pour l’anecdote, dans «l’Oeuf de Paques», je fais justement l’oeuf et prends un beau vol. Ça manquait à mon séjour!!! Et nous finissons par la première longueur des «Trois P» un magnifique 5c+ bien raide mais exigeant dixit mon copain Alain.

Et, cerise sur le gâteau, ce soir nous sommes invités à diner chez Lucette et Michel qui comme d’habitude sont en vacances aux mêmes dates et lieu que nous. C’est louche ça, travailleraient pas pour la CIA (Commission d’Inspection des Alpinistes).

Voilà ainsi s’achève notre semaine à grimper sur un calcaire de rêve par une météo estivale (nous avons été pratiquement tout le temps en T-shirt y compris le soir; les doudounes sont restées dans le sac!!!). La résine va être bien triste!!!

Enfin il nous reste encore le week end du 11 novembre à Bleau pour nous éclater. En espérant que cette année la météo soit avec nous.

 

 

En tout cas c’est sûr, l’année prochaine, on y retourne

 

Dom

Tag(s) : #Escalade en France

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :