Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Laisser retomber la poussière …

Après l’élection FFME, je me suis dit qu’il était nécessaire de laisser retomber la poussière. Qu’il était nécessaire de prendre une certaine distance pour plus facilement tenter d’analyser les tendances.

De premier abord, je pense qu’il serait important, pour le cercle de direction, d’être rassembleur. Depuis l’élection, je n’ai pas entendu de déclaration fracassante sur l’avenir des sports FFME. Je n’ai pas entendu de discours amenant de nouvelles orientations sur la table. Je n’entends pas le discours de Kennedy devant le Mur de Berlin…

‘’ Business as usual ‘’!!!

Est-ce normal?

Est-ce souhaitable?

Mon opinion, pour ce qu’elle vaut, c’est que vivre et agir dans une solution de continuité suite à l’élection… c’est mettre la crédibilité de la Fédération en jeu. Déjà plusieurs voix s’élevaient pour qu’on change les paradigmes. Le modèle de référence précédent n’est plus valable et sa persistance risque d’amener une crise de confiance. Alors quoi?

La Fédération représente, entre autres, les grimpeurs.

Mais la majorité des grimpeurs n’est pas partie prenante de la Fédération.

Et il existe une Fédération parallèle qui tire très bien son épingle du jeu. Oui, oui : la FFCAM!

Tout ce cirque me fait étrangement penser au schisme entre catholiques et orthodoxes… Qui sera le primat de l’église grimpante? Qui mettra la main sur les églises d’altitude, les refuges? Qui en seront les officiants et pourront-ils se marier? Et Filioque… pour les amateurs d’Histoire.

 

 

Et puis il y a ce vote qui ne relève pas de la démocratie directe chère à Rousseau mais bien d’une forme subtile de népotisme. Ne serait-il pas normal, dans une organisation qui compte moins de 100,000 membres, d’oser la transparence et le vote par tous les licenciés?

Un vote par licencié… bon, mais quel est le ratio entre licenciés et participants? Un pour cinq? Un pour sept? Irions-nous jusqu’à dire que 800,000 personnes pratiquent les activités qui tombent sous le parapluie de la Fédération? Un sur dix serait licencié??

Mais alors, comment convaincre les électrons libres de la validité de l’activité de la Fédération? Je n’ai pas entendu parler d’un quelconque plan pour attirer de nouveaux membres! Et de toute façon, au moment où j’écris, la Fédération n’a aucune visibilité – elle touche à peine ses propres membres – alors comment rejoindre la masse qui montagnise sur les massifs ou raquettise sur le blanc manteau neigeux?

Que faut-il leur proposer? Comment les attirer? Alors que j’entends des membres désirer quitter le bateau FFME pour le paquebot FFCAM… On réduit la licence au prix d’un paquet de cigarettes durant cinq ans? On offre un concert gratuit de U2 à Bercy? On fait tirer des sièges pour les compétitions d’escalade aux prochains JO? Si seulement quelqu’un avait pensé à lancer un style musical ‘’Escalade’’ dans le temps. Si seulement on avait un cinéma de montagne (enfin … on avait un cinéma mais il est disparu, écrasé sous le poids de clips amateurs granuleux de 5 minutes maximum). On ferait signer des autographes!

Non… on n’a pas grand-chose à offrir pour attirer les masses. Ahhh… l’assurance…et les passeports… laissez-moi bâiller!

Vieux sarcastique! , que me dirait Gère-Mène.

Oui, il me semble que nous sommes passés juste à côté de questions existentielles lors de cette élection. La falaise nous a empêchés de voir le massif, là, juste derrière. Certaines activités n’ont jamais été mentionnées ou si peu. Est-ce à dire que leurs membres n’ont pas le même poids dans la balance? Et pourtant je suis falaisiste! Et oui , il faut aussi sauver nos falaises…

Tellement de questions… j’en ai une liste devant moi… mais les énumérer ne ferait que générer de la frustration. Il faut voir plus loin… il faut voir l’avenir… je regarde avec attention et pourtant je ne vois qu’un brouillard informe.

Quand arrive Diogène et sa lampe!

 

J’ai longtemps hésité à faire le ménage chez moi, à la maison. Trop de souvenirs. Trop de petites choses. Et puis, la semaine dernière j’ai commencé à trier le ramassis dans le sous-sol. Naturellement les souvenirs du fantôme de la maison furent soigneusement rangés dans des caisses. Mais là…

Mais là, je me suis aperçu que j’ai des tonnes de magazines et de revues. Des centaines et des centaines. Des piles à faire pâlir la Tour de Pise. Escalade, montagne, surf, ski. Voyage aussi. Escalade surtout…

Mais vous faites quoi, vous, avec vos magazines?

Je ne veux même pas compter ce que représente une pile puis multiplier par le prix d’achat. Il y en a pour des milliers… pas mal de milliers… d’euros! Moi? Moi, j’ai tout acheté ça?? En anglais, en français, en italien, en allemand, en japonais???

Si j’en ai tellement, c’est que je suis vieux. Si j’en ai tellement, c’est que je dois être fou!

Heureusement, notre ‘’Grimper’’ n’est plus distribué dans mon coin de toundra. Voilà ça de sauvé. Et pourtant j’en suis malheureux : on me prive ainsi d’une heure de lecture légère agrémentée de belles photos.

Les piles sont partout au sous-sol. Je ne peux ni ne veux m’en débarrasser. Tous ces souvenirs… tous ces rêves…

Tiens! À ma mort, on déposera mon corps sur un bûcher fait entièrement de mes magazines. Je partirai ainsi en fumée avec mes rêves et mes illusions !!!

Tag(s) : #Les Chroniques de Jean Pierre Banville

Partager cet article

Repost 0