Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 10:14

 

romain.jpgEntrevue avec Romain de Lambert , le président du SNAPEC , le syndicat des BE/DE .
On entend pour ainsi dire jamais parler des BE/DE et du SNAPEC alors qu’ils sont un des piliers de la transmission du savoir dans notre monde et des incontournables du milieu de la grimpe .
La présente entrevue devrait permettre de remettre les pendules à l’heure et nous faire constater que ces passionnés sont aux premières lignes dans les discussions sur l’avenir de nos activités verticales. 

 

a)      SNAPEC… le Syndicat National des Professionnels de l’Escalade et du Canyon … regroupe ce que le commun des mortels nomme les B.E. Ces gens sont un rouage essentiel dans notre monde et je suis convaincu que peu de mes lecteurs savent qu’ils sont regroupés dans un Syndicat. Combien de membres, le SNAPEC ? 

A ce jour, le SNAPEC compte 600 adhérents sur environ 1200 moniteurs titulaires du Brevet d’État d’Éducateur Sportif mention "escalade" (BEES ou plus simplement BE) en activité...Et depuis l'avènement des nouveaux diplômes, nous accueillons désormais les successeurs du BE, les moniteurs Diplômés d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS ou plus simplement DE) mentions escalade, escalade en milieux naturels et canyon.  En 10 ans, le syndicat a vu son nombre d'adhésions quasiment tripler ! 

b)      Peux-tu nous faire un court historique de l’organisation ?

Le SNBEE (Syndicat National des Brevet d'État d'Escalade) a été créé en 1989 peu après le diplôme du BEES. Évoluant au fil des années, son nombre d'adhérents est passé de quelques dizaines à 600 aujourd'hui. Le SNBEE est devenu le SNAPEC au début des années 2000. Cela fait désormais 25 ans que le SNAPEC est le syndicat représentatif des professionnels de l'escalade et du canyon en France, il est de fait bien implanté dans le paysage sportif professionnel français. En 2011, le SNAPEC fut l'un des membres fondateurs de la "Coordination Montagne", organisation de la montagne et du plein air qui réunit l'ensemble des acteurs fédéraux, institutionnels, et professionnels du milieu. Une première. 

c)      Le SNAPEC, être B.E., concrétise le rêve professionnel de beaucoup de jeunes désirant œuvrer en escalade et en canyon. Quel est l’âge moyen des adhérents et quelle est la moyenne du nombre d’années d’expérience ?

La moyenne d'âge des moniteurs est d'environ 35 ans (difficile de préciser la moyenne d'années d'expérience). Les jeunes moniteurs sont cependant majoritaires mais on trouve aussi des parcours variés avec des reconversions de plus âgés.

d)      Par pure curiosité, combien de femmes ont un Brevet ou Diplôme d’État ?

 

Un peu moins de 15 % de femme... Malheureusement peu mais comparativement aux autres métiers du sport, c'est la fourchette haute ! A noter : chez les amateurs en escalade, on dénombre plus de 40% de femmes... A titre indicatif, un guide de haute montagne sur 100 est une femme !







e)      On pourrait croire que vivre de sa passion, c’est le meilleur des mondes. Au quotidien, qu’est-ce vivent les membres du SNAPEC ?

 

C'est un métier complet et varié: certains moniteurs sont salariés de clubs, fédérations, ou collectivités territoriales. Environ 70% des moniteurs cependant sont travailleurs indépendants. Il faut donc démarcher sa clientèle, gérer son parc matériel, effectuer les prestations... cela laisse bien entendu du temps pour grimper, mais quand on vit à plein temps du BE (ou DE), cela devient un métier à part entière, avec, comme toute activité professionnelle, son lot de contraintes ! 

f)       Quel avenir pour un diplômé ? Le plein emploi ou la précarité ?

La moitié des moniteurs vivent intégralement de leur BE escalade, c'est 2 fois plus que la plupart des sports de nature ! Pour l'autre moitié c'est très variable : de l'activité très complémentaire (quelques journées par an) au quasi temps plein...Des revenus plutôt modestes, entre 1200 et 1500 € net par mois, équivalent salarié temps plein, mais conforme à ce qui se pratique dans le sport.

g)      Le SNAPEC est coincé entre les grimpeurs, les patrons, les Fédérations, le Ministère … comment tirer son épingle du jeu et se faire respecter ? Qui est le Grand Méchant Loup ?

Les relations avec les différents partenaires, institutionnels ou professionnels sont variables, au gré des dossiers et des enjeux. Dans l'ensemble, nos rapports sont très bons avec les autres acteurs du milieu. Évidemment, il y a des exceptions... Notre ligne de conduite a toujours été basée sur l'échange et le débat d'idées. Jamais nous n'avons présenté de projet ou rejeté une proposition sans argumenter notre décision. Le SNAPEC ne fait, en ce sens, aucune politique politicienne. 

 

Les autres syndicats pro jouent généralement bien le jeu et nos rapports sont au beau fixe, le Ministère fait ce qu'il peut mais on sent tout de même un désengagement progressif, et la FFCAM a une vision intéressante de nos activités. 

 

Quant à la FFME, elle s'est autorisée des manœuvres déloyales et contraires à la parole qu'elle avait donnée lors de comités de pilotage ministériels sur la réforme de la filière de formation, se mettant ainsi à dos bon nombre d'interlocuteurs déçus d'avoir été ainsi trahis...

 

h)      Quelle est la relation actuelle avec la FFME et comment peut-elle s’améliorer ?

 

Vous l'avez compris, la relation avec notre fédération délégataire est tendue, et le dialogue est devenu très difficile sur de multiples sujets: dénomination des DEJEPS escalade, fermeture des sites de la "Route de la grimpe" (Pyrénées orientales), nouvelles normes d’équipement et de classement des sites naturels d'escalade publiées sans concertation avec le monde professionnel contrairement à ce qui avait été acté... les exemples de passage en force des dirigeants de la FFME ne manquent pas. Mais que l'on ne s'y méprenne pas: j'ai un immense respect et beaucoup d'amitié pour les comités départementaux et régionaux, les clubs, qui œuvrent pour l'escalade et qui travaillent souvent main dans la main très efficacement avec les professionnels. Le problème principal vient des dirigeants nationaux qui ont une vue globale sectaire de notre activité, se coupant ainsi de la base des pratiquants et des professionnels sur le terrain...

i)       Et la FFCAM ? Même combat ?

La FFCAM a toujours respecté ses engagements et fait preuve d’ouverture envers les pros. En outre elle propose une vision de l'escalade qui n'est pas exclusivement tournée vers la résine et la compétition. On sent que l'aspect milieu naturel et pleine nature est également important au sein de cette fédération. Nos rapports avec la FFCAM sont excellents, d'autant que depuis 2011, le SNAPEC et la FFCAM ont signé une convention offrant des avantages mutuels aux deux parties. Une réussite dont nous nous félicitons.

j)       Qu’espérez-vous des prochaines élections FFME ?

Un changement aussi radical que l'attitude de certains dirigeants actuels, une "Alternative" ! Pour développer ce propos un poil abrupt, disons que quoi qu'il advienne au cours de cette élection, la composition du bureau se verra modifiée et nous souhaitons ardemment pouvoir reprendre le dialogue avec l'équipe qui sera mise en place pour la prochaine olympiade.

 

k)      Et comment le SNAPEC voit-il l’avenir de l’escalade ? Comment peut-il contribuer à cet avenir?

L'escalade est une activité en plein essor, dont les mérites sont de plus en plus reconnus. Si d'aucuns voient l'avenir centré sur les pratiques compétitives et résineuses, au SNAPEC, on penche davantage pour la poursuite d'une activité polymorphe et un développement harmonieux de toutes les formes de pratique: SAE, sites sportifs, terrain d'aventure, bloc... Nous souhaitons accompagner cette évolution comme nous le faisons déjà depuis 25 ans et nous nous adaptons au nouveau visage de la profession: désormais, tous les titulaires d'un DEJEPS escalade, escalade milieux naturels sont les bienvenus et apportent du sang neuf et des idées fraîches à notre action. 

 

l)       Le SNAPEC mérite à être connu … des plans de communication ?

Nous ne disposons, pour faire vivre notre action, que des ressources provenant des cotisations de nos adhérents. Inutile dans ces conditions d'envisager des spots de pub sur TF1 avant le film du dimanche soir !  Plus sérieusement, notre réputation et notre crédibilité s'est construite patiemment depuis un quart de siècle. Aujourd'hui, nous sommes un interlocuteur incontournable sur toute question concernant l'escalade et le canyon,  que ce soit au niveau local ou national. Nous sommes membre fondateur de la Coordination Montagne, nous sommes régulièrement invités aux réunions de la Section Permanente de l'Alpinisme, nous avons, au fil des ans, développé un réseau dense et de confiance au sein du milieu de la verticalité et du plein air. C'est pour nous, dans l'attente d'une manne providentielle, la meilleure façon de faire connaître notre implication et notre sérieux. 

m)    Et pourquoi vous ne vendez pas, dans votre boutique, des casquettes SNAPEC ? Modèle ‘’Escalade’’ et modèle ‘’Canyon’’ en filet …

Nous n'en sommes pas loin ! La boutique de notre site snapec.org propose quelques articles très intéressants à destination de nos adhérents: notre partenaire Patagonia nous a concocté des t-shirts, des polaires et des soft shell techniques, à nos couleurs et superbement finis. Pour le canyon par exemple, "Gens de la Montagne" nous propose un sac estampillé SNAPEC. Et pour toutes nos activités, l'association Pharefuge (sous l'impulsion d'un moniteur qui est également médecin urgentiste) a permis l'élaboration d'une trousse à pharmacie spécialement dédiée au métier de moniteur d'escalade et de canyon. Un outil indispensable très apprécié de nos adhérents ! Ne manquent, effectivement, plus que les casquettes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires